Police, état de crise ? Une réforme nécessaire. Yves Patrick Delachaux et Frédéric Maillard interrogent l’avenir de la police. Le policier et l’expert en management ont tous deux plusieurs années d’expérience au sein de la Police genevoise…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La police n’appartient pas à la police, elle appartient à la cité égalitaire de l’Etat de Droit. La police est un instrument de paix.
Après plusieurs années de collaboration intensive à la police genevoise, le policier Yves Patrick Delachaux et l’économiste Frédéric Maillard se sont mis à douter de l’utilité de leurs contributions.
Ils ont vu les organisations de police fléchir face à la criminalité. Ils observent que les policiers ne se distinguent plus assez et que leurs missions leur échappent.

La police se cache-t-elle pour mourir ?
L’essai politique et scientifique Police, état de crise ? Une réforme nécessaire, pose un constat et dresse des résolutions pragmatiques.
Pour Yves Patrick Delachaux et Frédéric Maillard, la police doit s’ouvrir; seule, elle ne pourra pas s’affranchir de son passé, au risque de ne plus pouvoir assurer le droit à la sécurité pour tous.
Cette analyse ne laisse rien présager de bon s’agissant de créer ou de renforcer une police de proximité, plus nécessaire que jamais, capable de résoudre les difficultés sociales à l’échelle de la banlieue et du quartier…


Télécharger cet article au format PDF



Les commentaires sont fermés !