Après sa démission de la gendarmerie, Patrick Delachaux a entamé un voyage au long cours. Vietnam, Europe, États-Unis, Cuba, sur les traces d’auteurs qu’il admire, il s’interroge sur les raisons qui l’ont poussé à quitter un chemin tout tracé, sur sa fascination pour l’aventure, sur le rôle que joue l’écriture dans ce parcours dérouté. La curiosité de Patrick Delachaux concernant le processus de création, sa boulimie de la diversité du monde prennent les lecteurs à témoin : que cherche-t-on dans le voyage, à quoi répond l’écriture, quel rêve est-il en train d’apaiser ?

La puissance de l’écriture comme outil de déchiffrement de soi, l’émerveillement devant les modèles littéraires, le goût pour l’autre font de ce texte un très beau chemin vers soi.

« Subitement, comme si quelque destin magicien venait de m’opérer d’une cécité ancienne avec des résultats immédiats, je lève la tête, de mon existence anonyme, vers la claire connaissance de la façon dont j’existe. Et je vois que tout ce que j’ai fait, pensé ou été, n’est qu’une sorte de leurre et de folie. Je suis effaré de tout ce que j’ai réussi à ne pas voir. Je suis dérouté par tout ce que j’ai été et qu’en fait, je le vois bien, je ne suis pas. »

Fernando Pessoa « Le Livre de l’Intranquilité »

Le texte est accompagné des dessins de Flippetouche.


Télécharger cet article au format PDF

Grave Panique est la véritable histoire de l’une des dernières missions du policier Delachaux.

Patrick, policier suisse dépêché par Europol, se trouve en Seine-Saint-Denis, département 93, dans la couronne parisienne. Il mène l’enquête au cœur d’organisations mafieuses chinoises, mais les circonstances vont le rendre témoin du fossé qui se creuse entre la police française et la population, particulièrement en banlieues.

Patrick plonge dans l’univers des bandes de jeunes et de celui d’un commissariat.

Son constat est rude : son métier de flic de quartier disparaît pour ne laisser place qu’au seul maintien de l’ordre par une police qui se comporte à ses yeux comme une armée d’occupation.

Après Genève et Bangkok, Patrick Delachaux se trouve dans une France secouée par les émeutes.

Que se passe-t-il en France ?

Nous découvrons les défis devant lesquels se trouvent deux jeunes filles, violées et battues, qui doivent trouver la force de rester en vie. Pour l’une d’elle les études, pour l’autre l’amour d’un jeune policier français, stigmatisé pour les traits de son visage qui rappellent de lointaines orgigines magrébines.

Une histoire de flics, écrite par un flic, inspirée par les défis que doivent relever aujourd’hui les polices d’Europe.


Télécharger cet article au format PDF

Quel gardien et pour quelle paix ? Il est nécessaire de sauvegarder la paix sociale dans nos quartiers.
L’objecteur de conscience, Frédéric Maillard, et l’expert de police, Yves Patrick Delachaux, partagent, au croisement de leurs expériences et de leurs savoirs, leurs points de vue – étayés par de solides références – et présentent leurs propositions innovantes et exclusives dans ce nouvel essai : Policier, gardien de la paix ?
Les deux auteurs développent une approche de la sécurité collective qui mobilise non seulement les diverses polices mais aussi de nombreux acteurs sociaux comme, par exemple, les animateurs socioculturels.
L’assermentation réservée jusque-là aux policiers pourrait-elle s’étendre à d’autres professionnels ?

Télécharger le communiqué de presse.


Télécharger cet article au format PDF

C’est la rencontre d’un flic et d’un manager. La police n’appartient pas à la police, elle appartient à la cité égalitaire de l’Etat de Droit. La police est un instrument de paix.

Après plusieurs années de collaboration intensive à la police genevoise, le policier Yves Patrick Delachaux et l’entrepreneur Frédéric Maillard se sont mis à douter de l’utilité de leurs contributions. Ils ont vu les organisations de police fléchir face à la criminalité. Ils observent que les policiers ne se distinguent plus assez et que leurs missions leur échappent.

La police se cache-t-elle pour mourir ? L’essai politique et scientifique Police, état de crise ? Une réforme nécessaire pose un constat et dresse des résolutions pragmatiques. Yves Patrick Delachaux et Frédéric Maillard argumentent leur thèse par le fait que les changements et améliorations opérés au sein des institutions de police en Europe découlent des décisions politiques. Mais la volonté politique ne suffit pas. Les auteurs estiment que le principal requis est pluridisciplinaire; la police doit s’ouvrir, seule, elle ne pourra pas s’affranchir de son passé, au risque de ne plus pouvoir assurer le droit à la sécurité pour tous.

Cette analyse ne laisse rien présager de bon s’agissant de créer ou de renforcer une police de proximité, plus nécessaire que jamais, capable de résoudre les difficultés sociales à l’échelle de la banlieue et du quartier.

Préface de David Hiler, Président du Conseil d’Etat genevois.
Postface de Olivier Guéniat, Chef de la Police judiciaire neuchâteloise.


Télécharger cet article au format PDF

Présumé Non Coupable, des flics contre le racisme. A un moment où, en Europe, la police cherche des pistes entre le tout répression et le travail de proximité le travail qu’Yves Patrick Delachaux mène avec ses collègues présente une réponse efficace et fondée.

Ce gendarme suisse sait de quoi il parle : il a été policier sur le terrain dans l’un des quartiers les plus « chaud » de Genève et il est aujourd’hui formateur en éthique et droits de l’homme dans la police genevoise. Son livre fait la synthèse d’un travail en profondeur, se fondant sur les nécessités et les réalités du terrain. Il propose des pistes de formation et de résolutions de conflits applicables partout, dans le respect et le pragmatisme. Il soulève le débat de la discrimination comme « outil pratique » pour les agents de la force publique. Car aujourd’hui, dans l’Europe en mouvement, les policiers sont en contact quotidien avec les migrants. Ces relations sont émotionnelles, souvent douloureuses au vu des réalités de la migration. Le travail de la police est, entre autres, de distinguer ceux qui contreviennent à la loi, mais comment pour cela ne pas se fier à ses préjugés ?

Avec Alain Devegney et Sarah Khalfallah, il est l’instigateur d’un programme de médiation en collaboration avec les communautés étrangères à Genève (qui a été relaté dans le film documentaire d’Ursula Meier, « Pas les flics, pas les noirs, pas les blancs »), Yves Patrick Delachaux poursuit aujourd’hui cette action dans le cadre de la formation continue des policiers. Les affaires, relatées dans la presse, qui stigmatisent des actions racistes ne sont que la partie visible d’une relation complexe entre l’application de la loi et la réalité du terrain. Car les policiers n’entrent pas dans la police parce qu’ils sont racistes, mais bien souvent la réalité émotionnelle et quotidienne du métier les conduit à agir de manière discriminante et raciste. C’est ce glissement que vise à éviter ce livre. Comment prévenir les dérapages et garantir l’efficacité de la police, Yves Patrick Delachaux propose là une réflexion et une approche passionnante.


Télécharger cet article au format PDF

Flic à Bangkok.

Quand on est dépêché par Europol à Bangkok pour y éclaircir le rôle d’un Occidental dans un trafic de drogues et d’enfants d’ampleur internationale, on n’a pas de la ville la vision idyllique d’un dépliant touristique.

Patrick, flic blanc, rompu aux techniques de l’élite policière européenne, doit maintenant jouer sur l’échiquier thaïlandais, dont les règles sont bien différentes, et où il apprend comment se donnent les coups à mesure qu’il les reçoit.

Au-delà de l’anecdote, c’est la rencontre de l’Orient et de l’Occident, vue par un policier qui ne connaît de règles que celles édictées par son pays et par les truands. A Bangkok, tout le heurte et le séduit, et il comprend vite que les subtilités de ce monde lui échappent. Alors comment mener à bien son enquête, comment en saisir les enjeux ?

C’est son voyage au bout de la nuit qui nous est conté ici, car Patrick reçoit l’aide inattendue de Louis-Ferdinand Céline. La désillusion mènera-t-elle Patrick de l’autre côté de la vie?


Télécharger cet article au format PDF

Flic de Quartier. Le héros de cette autofiction est un vrai flic. Voilà dix ans qu’il arbitre les bisbilles de voisinage, dépanne la copine prostituée qui a perdu la clé des menottes de son client, chasse les fantômes qui hantent les petits vieux, fonce dans des poursuites nocturnes.

Mais toute cette agitation n’empêche pas ce flic de broyer du noir et d’avoir des doutes sur la justice! À quoi bon arrêter encore ce petit dealer qui recommencera demain et comment rester professionnel quand les préjugés se renforcent de jour en jour?

D’une intervention à l’autre, on fait connaissance avec un quartier chaud, ses personnages, ses travers, ses ombres. Mais on rencontre surtout un flic déroutant qui trouve auprès des marginaux la chaleur humaine et les valeurs dont il a besoin pour vivre.


Télécharger cet article au format PDF